Bienveillante tolérance

La salle de réunion se remplit peu à peu. Les participants ne sont qu’une vingtaine, mais l’opération prend du temps. Il faut dire que chacun des hommes demande avec soin à chaque femme si elle veut entrer la première, auquel cas il laisse sa place avec politesse et galanterie, ou si elle préfère au contraire que l’on respecte strictement l’ordre d’arrivée, afin de ne pas être offensée par une forme vicieuse et ancestrale de domination masculine patriarcale et périmée.

L’installation autour de la table de travail est plus fluide, car un algorithme spécialement conçu à cet effet calcule à chaque réunion les places que devront prendre les invités. Selon le sexe, le genre, la couleur de peau, la religion, l’orientation sexuelle, et mille autres paramètres soigneusement renseignés au préalable, l’ordinateur établit la position que chacun doit avoir : plus ou moins proche du Ministre, à sa droite ou à sa gauche, etc. En assurant un roulement équitable selon l’historique de dominant ou de dominé de chaque catégorie, elle s’assure, par exemple, qu’une femme noire et homosexuelle bénéficiera plus souvent d’une place prestigieuse qu’un homme blanc et hétérosexuel.

Le même algorithme est à l’origine de la nomination des collaborateurs du Ministre, faisant en sorte que chaque sexe, genre, couleur de peau, religion, orientation sexuelle, et mille autres paramètres soigneusement renseignés au préalable, soit représenté à hauteur des périodes de domination de chaque minorité dans l’Histoire. Ainsi, chacun est assuré d’être représenté à sa juste mesure dans cette formidable institution qu’est le Ministère de la Tolérance. Comme l’équipe ministérielle ne comporte qu’une vingtaine de personnes, il n’est pas possible de représenter toutes les minorités avec précision. C’est pourquoi rares sont les membres du Ministère qui restent en poste plus de deux semaines, avant de laisser la place à d’autres. Là encore, le roulement est la règle.

L’objectif du Ministère de la Tolérance est simple : éviter à tout individu de se sentir oppressé ou offensé, de quelque manière que ce soit. Mission cruciale pour le bon fonctionnement de la société, à la fois difficile et chronophage. Depuis des années, le Ministère mène notamment un travail de réécriture de toutes les œuvres connues de l’humanité, afin d’en expurger toute notion discriminante. Et tout en accomplissant cette tâche colossale, il contrôle également l’intégralité des productions écrites ou audio-visuelles de l’ensemble de la population du pays. Cela dit, cette dernière tâche est devenue plus aisée depuis que les réseaux sociaux sont désertés. Au début, ces outils de communication avaient permis à chacun de mieux développer la tolérance envers les minorités historiquement dominées, dans un grand élan populaire. Mais depuis que ces réseaux sont surveillés avec bienveillance, leurs utilisateurs, inquiets de laisser échapper une parole malheureuse et sanctionnée, préfèrent se tenir cois.

Une fois chacun installé à sa juste place, le Ministre prend la parole :

— Bonjour à toustes ! Comme vouses le savez, demain je cèderai ma place à un ou une prochain ou prochaine Ministre ou Ministresse. En ouverture de cette réunion, je tiens donc à dire à toustes que j’ai eu grand plaisir à travailler avec vouses pendant ces quelques jours, et j’espère vouses retrouver lorsque je reprendrai ce poste. En tant que mâle 92% blanc pansexuel, je pense que ce sera d’ici quelques mois, selon les calculs de notre excellent algorithme.

Chaque participant applaudit avec chaleur, car c’était un bon Ministre. Un homme bienveillant et respectueux de ses équipes, sachant se montrer très motivant. Son seul défaut étant d’être à la fois mâle et principalement blanc, laissant toujours planer le doute sur sa volonté sincère de n’oppresser ni d’offenser une quelconque minorité historique.

— Allons, revenons à notre point quotidien, fait le Ministre d’un ton plus sérieux. Nouses avons beaucoup de sujets à traiter. Madame Gentil, pouvez-vouse nouses donner le point d’avancement du projet de réécriture, soit dit sans vouse commander ni aucune volonté de perpétuer ainsi une trop longue histoire de domination masculine patriarcale ?

— Avec plaisir Monsieur le Ministre. À ce jour, nouses en sommes à 15.78% des ouvrages rectifiés. Nos collaborateurices travaillent énormément sur ce dossier, comme vous le savez. Aussi, devant l’ampleur de la tâche, nouses avons dû prendre la décision d’ajouter de nombreux livres à la liste des irrécupérables. C’est-à-dire, dois-je le rappeler, ceux dont le propos même ne s’accommode pas de la plus élémentaire notion de tolérance. En l’occurrence, après un travail commun avec le Ministère de la Culture, nouses avons éliminé toute l’œuvre de Marcel Pagnol. Malgré la sympathie populaire pour cet auteur, nouses ne pouvons pas laisser passer le machisme des protagonistes, mâles majoritairement cisgenres, l’image de la femme soumise et faible, le recours au blackface, la torture envers les animaux, et j’en passe. Nouses avons donc déjà autorisé la destruction de tous les ouvrages en circulation, et diffusé l’annonce de la prime habituelle pour qui nouses désignera celles ou ceux en possession de l’un de ces « livres ».

Elle a prononcé ce dernier mot avec un dégoût maximal, afin de montrer à son supérieur et à ses collègues combien elle prend sa tâche à cœur.

— Bien, reprend le Ministre, je vouse remercie avec bienveillance et sans aucune forme de condescendance. À présent, je demande à Monsieur Fouinda de bien vouloir nouses communiquer l’avancée du projet de remodelage des supports audiovisuels, soit dit sans vous commander ni aucune volonté de perpétuer ainsi une trop longue histoire de domination blanche.

— Volontiers, Monsieur le Ministre, mais je tiens à vous informer que je me définis depuis peu comme bigenre, aussi vous demanderais-je de rectifier vos propos immédiatement.

— Bien entendu, répond aussitôt le Ministre, et je vouse prie d’excuser le manque de prudence et de tolérance de ma dernière phrase. Damonsieur Fouinda, puis-je donc vouse demander de bien vouloir nouses communiquer l’avancée du projet de remodelage des supports audiovisuels, soit dit sans vouse commander ni aucune volonté de perpétuer ainsi une trop longue histoire de domination blanche et ou hétérosexuelle cisgenrée, ni sans aucune volonté de ma part de vouse mégenrer ?

— Volontiers, Monsieur le Ministre. Mes collaborateurices ont euxelles aussi beaucoup de travail, d’autant que modifier les dialogues et images des films est techniquement beaucoup plus long que de réécrire des livres…

À ces mots, Madame Gentil fronce brièvement les sourcils, agacée que l’on dévalorise ainsi son travail. Mais, soucieuse de ne pas passer pour une femme cisgenre tolérant mal les minorités bigenre d’origine ethnique non blanche à plus de 50%, elle préfère se taire.

— Aussi, reprend Damonsieur Fouinda, nouses avons également décidé de supprimer totalement certaines œuvres irrécupérables par leur propos et leur traitement des minorités. Notre dernière décision a permis d’éliminer 98,8% des films d’action sortis entre 1980 et 2000. La destruction de ces œuvres est en cours, tout comme la traque, heu je veux dire, la recherche des personnes restant en possession de copies de ces œuvres, afin de leur intimer avec bienveillance l’ordre de nouses les remettre. D’autres études sont en cours pour déterminer si nouses pouvons faire de même avec les films d’amour des années 1950 à 1970, trop souvent connotés.

— Excellent travail, reprend le Ministre, je vouse remercie avec bienveillance et sans aucune forme de condescendance. À présent, poursuit-il en consultant ses notes, écoutons toustes ce que peut nouses apprendre Apothisexuelle Jiǎng sur le projet d’éducation des populations reculées.

— Merci, Monsieur le Ministre, et merci doublement, pour avoir respecté ma volonté de mettre en avant mon dégoût à l’égard de toute forme de sexe, comme je vous l’avais demandé. De notre côté, nouses avons couvert 69% de la surface du territoire. Le travail est, comme prévu, plus long du côté des villages les moins peuplés et dont les habitants sont les moins instruits, c’est-à-dire au plus profond des campagnes de nos provinces. Mais les opérations de rééducation par la bienveillance vont bon train. Hier encore, nouses avons placé dans les Écoles de la Tolérance une centaine d’individus qui ne savaient rien des concepts LGBPAQTNBsI+. Avec certains d’entre eux, vous vous doutez que nous partons de loin !

Mais Apothisexuelle Jiǎng se tait soudain et se sent pâlir sous le regard réprobateur de ses collègues.

— Apothisexuelle Jiǎng, vouse vouse oubliez, je crois, accuse le Ministre d’une voix qui se veut bienveillante, mais où perce une nette nuance de reproche, voire de dégoût.

— Excusez-moi ! Je me suis laissé aller dans l’enthousiasme de mon discours ! Je ne voulais pas…

— Assez ! coupe le Ministre. Nouses ne pouvons pas tolérer au sein de notre honorable et bienveillant Ministère, un individu qui se permet de dire « certains », « vous » et « nous » dans la même phrase, marquant par cet emploi de la forme neutre historiquement marquée par la domination patriarcale, un manque total de considération pour les minorités de genre ! Veuillez sortir immédiatement de ce bureau et de ce bâtiment. Vouses recevrez prochainement votre convocation pour une séance de réajustement bienveillante. Allez !

La tête basse, Apothisexuelle Jiǎng se dirige lentement vers la sortie. Mais elle ne peut s’empêcher de lancer une dernière pique bien sentie.

— De toute façon, vous n’êtes que des porcs complètement préoccupés par le sexe ! Lorsque ma communauté aura obtenu la pleine acceptation de ses droits, nous interdirons toute pratique sexuelle et ce sera pour le mieux, car cette horreur vous pollue le cerveau !

Après le départ de la déviante, le Ministre reprend la réunion comme si de rien n’était.

— Je donne à présent la parole à Madame Gourzon, sur le sujet de la défense des droits de la sphère privée.

— Merci Monsieur le Ministre, répond-elle d’une voix sèche et autoritaire. Notre mission d’éducation de la population aux bonnes pratiques de la vie familiale avance selon le plan prévu. Sur le seul sujet du contrôle du consentement, nouses avons établi plus de 5000 contraventions au cours de la journée d’hier, principalement pour défaut de présentation d’une autorisation écrite de relation sexuelle au sein du couple. Nouses allons embaucher plusieurs milliers d’enquêteurices supplémentaires pour perquisitionner dans des familles sélectionnées au hasard, car nouses pensons qu’il y a encore beaucoup de cas à découvrir et rectifier. Comme d’habitude, les contrevenantes ou contrevenants sont envoyés dans les centres de rééducation, tandis que leurs enfants sont préservés de l’influence néfaste de leurs parents réactionnaires et patriarcaux, en étant placés dans des familles d’accueil soigneusement sélectionnées. Avec bienveillance, bien entendu.
Mais nouses manquons encore de moyens, et je vous renouvelle mon souhait de mettre en place des dispositifs de surveillance dans chaque foyer, afin de combattre plus efficacement les agressions envers les enfants. Trop de cas de Violences Éducatives Ordinaires se produisent encore, notamment lorsque les enfants sont contraints par leurs parents à goûter un aliment qu’ils n’ont pas envie de manger, ou lorsqu’ils sont forcés de se rendre à l’école.
J’ajoute enfin que nouses comptons profiter de nouvelles perquisitions aléatoires bienveillantes pour nouses assurer que ces foyers ne consomment aucun produit issu d’un être sentient. Car comme vous le savez, de la laine, du miel et du lait circulent encore, via des réseaux clandestins que nouses devons encore démanteler.

— Très bien Madame Gourzon, je vouse remercie avec bienveillance et sans aucune forme de condescendance. En ce qui concerne les moyens de surveillance, le Gouvernement fait son possible, mais les décrets souhaités ne sont pas encore tous passés. Cela dit, vu leur intérêt pour le bien collectif, nouses finirons par y parvenir, j’en suis certain.
J’en profite pour vouses donner de bonnes nouvelles de notre démarche auprès du Ministère de la Justice. Nouses sommes tout près de faire voter le décret mettant fin à la présomption d’innocence pour toustes les individus percevant plus de 2000 € nets mensuels, ou occupant un poste supérieur à celui de Maire. Bien évidemment, seront épargnés par cette mesure celleux capables de présenter un certificat de service rendu au Ministère de la Tolérance. Mais pour les autres, un témoignage suffira à la mise en examen, ce qui permettra d’identifier et de rectifier beaucoup plus rapidement les comportements offensants ou agressifs.

Les yeux du Ministre brillent alors qu’il est applaudi par ses collaborateurs. Rien ne saurait le rendre plus fier que de contribuer au bien commun. Car qui pourrait douter qu’ils sont, lui et tous les membres du Ministère de la Tolérance, dans le camp du Bien ?

13 réflexions sur « Bienveillante tolérance »

    1. Ah !!! Erreur de ma part ! En voulant aller trop vite… Donc je recommence en annulant mon précédent commentaire !!! 🙏😉😅
      « De grâce ! De grâce ! Que de complexité inutile ! Chacun chez soit à perpétuer ses propres coutumes tout en se côtoyant en tant qu’êtres civilisés souhaitant découvrir l’autre sans lui porter ombrage et le monde sera bien bien gardé ! La perte d’identité n’a rien de bon ! »

      J'aime

  1. 1984 revisité en 2021 ! Voilà qui fait froid dans le dos.
    Quelle pleutrerie chez tous ces gens qui se croient importants. Leurs logements seront-ils également perquisitionnés? Au nom de l’  » égalité » de tous devant la loi !
    Je crains que ce soit la pente sur laquelle nous glissons: un Etat qui s’occupe de nos vies privées.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s